Les normes d’électricité évoluent régulièrement. Indispensables à la sécurité dans l’habitat, ces réglementations fixent les caractéristiques des équipements électriques et assurent leur parfait fonctionnement. Validées par l’UTE (Union technique de l’électricité), les normes concernent les degrés de protection requis ou encore la tenue mécanique.

Installation d’un réseau électrique et normes en vigueur

La norme électrique de la maison à respecter absolument est la norme NF C 15-100 et son amendement A5 traitant de la coupure d’urgence dans les pièces principales des locaux d’habitation indépendants. La création d’un espace technique électrique, appelé ETEL, est à présent obligatoire. Différents paramètres doivent être pris en compte pour construire cet espace qui accueille à la fois les départs et arrivées des lignes électriques et les équipements de protection, distribution et communication. Son rôle est bien évidemment de sécuriser l’installation.

La norme NF C 15-100 évolue avec les technologies et a subi des modifications à plusieurs reprises suite à des arrêtés pris en 1969, puis en 2002. Depuis l’apparition des toutes premières normes électriques pour la maison en 1911, des équipements spécifiques doivent être mis en place pour limiter les risques d’électrocution mais aussi de court-circuit. Ce sont par exemple les disjoncteurs détecteurs d’arc qui protègent les réseaux et surveillent la formation d’arcs.

La norme électrique 2020 pour une pièce de vie

Plusieurs points sont à retenir concernant la sécurité et la protection des personnes. Le premier traite de la coupure d’urgence. La norme NF C 15-100 demande en effet la mise en place d’un dispositif spécial placé généralement sur le disjoncteur de branchement ou sur le tableau électrique (interrupteur sectionnaire bipolaire).

La norme électrique applicable pour un salon ou une salle à manger concerne plus particulièrement le point d’éclairage avec socle DCL, le nombre et la hauteur des prises à installer. Cette norme prend en compte la superficie de la pièce et sa configuration. Dans le séjour ou le salon par exemple, le nombre minimum de prises à mettre en place est de cinq si la surface ne dépasse pas 28 m² et de sept si la superficie est supérieure.

Dans le cadre d’un aménagement pmr (pour personnes à mobilité réduite et handicapées), une prise de courant est obligatoirement posée à côté de l’interrupteur d’éclairage.

La norme électrique 2020 pour une chambre

La norme électrique 2020 destinée aux chambres adultes et enfants oblige à l’implantation d’un point d’éclairage avec socle DCL et de trois prises minimum. Si un cagibi ou une pièce de rangement de type dressing est prévue à proximité, une prise supplémentaire devra être posée.

Parfaitement adaptées à cet usage, les prises classiques correspondant à la norme électrique pour la chambre sont identifiables sous la référence 16 A 2P+T.

Selon le type de bien, d’autres prises devront compléter l’installation : une seule prise de communication RJ45 va être posée au-dessus de la prise 16 A 2P+T dans un T2 alors que deux sont requises dans un T3 ou plus. Ces conditions sont les mêmes pour les bureaux, pièces de lecture, etc.

Concernant la hauteur de la prise électrique, la norme est de 5 cm minimum au-dessus du sol et de 130 cm maximum.

La norme électrique pour une cuisine ou une salle de bain

Les normes pour les pièces humides sont particulièrement strictes.

Les normes électriques pour la cuisine prévoient l’installation de trois prises minimum pour une surface de 4 m² maximum et de six pour une surface plus grande, sachant que ces prises ne doivent pas être placées n’importe où : quatre sont à poser au-dessus du plan de travail et des branchements spécifiques doivent garantir un bon fonctionnement de la hotte.

La norme électrique pour une salle de bain de 4 m² avec ou sans WC, est d’un point d’éclairage avec obturateur et d’une prise installée minimum, à distance des points d’eau et en respectant un emplacement bien précis. Ainsi, prises et interrupteurs sont autorisés en fonction de leur positionnement dans l’espace. Ce critère est établi en prenant diverses mesures et en examinant les volumes.

A déterminer également tant pour la cuisine que pour la salle de bain, l’indice de protection nécessaire (IP) va dépendre des besoins d’étanchéité. L’électricien choisit entre un IPX4, un IPX5 ou un IPX7. Concernant l’installation d’équipements ou d’appareils électriques, deux classes se distinguent :

  • la classe 1 qui représente les appareils qui sont à relier obligatoirement à la terre ;
  • la classe 2 qui concerne les appareils dotés d’une double isolation et qui ne nécessitent pas de prise à la terre.